Sale gosse, pouffette, peste et cie

Du fond de ses pluvieuses vacances italiennes, Victorienne répond à son tour au défi de Mme Ourse (dont les modalités sont détaillées sur son blog), encore toute honorée que la douce Pénélope ait pensé à elle pour ce défi, et vous dévoile ci-dessous son côté sale gosse (en partageant pleinement d’un point de vue terminologique l’analyse de La Reine).

DSCF2544.jpg

La Dolce Vita vous avez dit ?… (après tout c’est vrai que la brume ça a du charme)

SG n°1

Dans la série des appels téléphoniques potaches, déjà bien entamée par d’autres copinautes, Victorienne et une de ses amies se sont bien marrées à l’adolescence.

Voilà comment elles occupaient certains après-midis. Elles recherchaient dans l’annuaire téléphonique les numéros enregistrés au nom d’un couple. Et quand elles tombaient sur Madame, elles demandaient innocemment à parler à Monsieur. Souvent Madame s’enquérait de la part de qui… Et là, le jeu consistait à raconter une histoire de rencontre un peu ambiguë afin de semer le doute dans la tête de Madame quant à la fidélité de Monsieur. Dès qu’elles sentaient l’agacement monter chez Madame, elles raccrochaient. Et se gondolaient.

Oui, c’est mal. Mais quand on est ado et qu’on s’ennuie, c’est drôle aussi. Enfin, jusqu’au moment où l’un des messieurs a rappelé chez la copine, un soir (eh oui, le portable n’existait pas encore à l’époque… V. ne se souvient plus si elles avaient oublié d’activer le mode « numéro secret » ou si tout simplement elles ne pouvaient pas le faire). Pas content du tout. Et a raconté la blague au papa de la copine. Pas content du tout non plus… Ce fut la fin des potacheries téléphoniques.

SG n°2

En temps ordinaire, Victorienne prend les escaliers. Meilleur pour la ligne. Toutefois, il arrive qu’elle ait la flemme. Or, dans les bureaux où elle travaillait jusqu’il y a peu, situés au 3ème étage d’un immeuble haussmannien, il n’était pas rare que les jeunes et dynamiques occupantes du 1er monopolisent l’ascenseur le matin. Eh oui, dans ces vieux et beaux, mais peu pratiques immeubles, l’ascenseur relève plutôt de la boîte à sardines et est plein dès 3 occupants (voire 2 selon la morphologie). Victorienne a donc à de nombreuses reprises dû faire contre mauvaise fortune bon cœur et gravir les marches pendant que les poulettes du premier caquetaient à plein régime dans leur cage vitrée qui lui passait sous le nez (y compris en période de grosse fatigue causée par sa thyroïde déconnante ou à une stim).

La vengeance étant un plat qui se mange froid, Victorienne a, au bout d’un moment, pris soin de vérifier si les poulettes étaient sur ses pas lorsqu’elle arrivait le matin. Si tel était le cas, elle prenait un malin plaisir à presser le pas, s’engouffrer sous le porche, surtout ne pas retenir la porte d’entrée, filer vers l’ascenseur, s’y engouffrer également et appuyer sur le bouton. Bien souvent, c’était juste à ce moment là que la ou les poulettes finissaient par pousser à leur tour la porte d’entrée, juste au moment où les portes de l’ascenseur finissaient de se fermer, laissant à Victorienne l’opportunité de leur adresser un sourire désolé en mode « oops désolée c’était vraiment à une seconde près ». Mesquin, Victorienne vous le concède. Mais ça fait du bien.

SG n°3

Il y a peu, Victorienne s’est rendu compte qu’elle ne pourrait pas aller récupérer dans le délai indiqué par Coliss**o un colis arrivé en point relais. La faute à plein de choses dont elle reconnaît tout à fait que Coliss**o n’en est en rien responsable. Elle décide néanmoins d’appeler afin de demander une prolongation du délai de garde. Après une bonne dizaine de minutes d’attente, elle tombe sur une opératrice qui (bien évidemment) ne comprend rien à ce qu’elle lui explique et lui fait répéter trois fois son histoire. L’agacement commence à monter.

Victorienne vous passe les détails mais finit (bien évidemment) par se voir opposer un refus parce que « ce n’est pas la procédure ». C’est l’explication qui fait déborder le vase : en toute mauvaise foi, V. lui indique qu’elle n’en a rien à carrer de sa procédure, que c’est incroyable de manquer à ce point de sens du service, que ce qu’elle demande n’a rien d’exceptionnel ni d’inatteignable, etc etc. Elle se heurtera (bien évidemment) à un mur et terminera l’échange sur un fort désagréable « Je vous souhaite une mauvaise journée ».

Elle n’en est pas très fière… En même temps peu de choses l’agacent autant que des gens qui ne cherchent pas à trouver une solution (oui, en plus elle cherche de quoi se justifier jusqu’au bout !).

***

Victorienne espère avoir ainsi rempli sa part du défi et nomme à son tour trois de ses copinautes dont elle attend avec impatience les anecdotes réjouissantes : Tidoum, Alisore et Endolorie (en s’excusant si doublon il y a, elle a essayé de faire attention mais n’est pas sûre d’avoir lu tous les billets de ce défi).

Publicités

11 réflexions au sujet de « Sale gosse, pouffette, peste et cie »

  1. Très écossaise cette vue italienne!
    Je réalise bien trop tard le nombre de super blagues téléphoniques qu’on aurait pu faire ado avec mes copines… On voulait pas griller nos crédits de cartes de téléphone (les cartes de téléphone, on est des vrais dinosaures) qu’on appelait que des numéros verts… Bisous et 🍀 toujours !

    Aimé par 1 personne

  2. Ah, le monsieur qui rappelle à la maison après un canular téléphonique… et ma mère qui lui assure que « non, vous vous trompez monsieur, mes filles ne sont pas capables de ça ! »… pas contente non plus, ma mère, quand elle a dû se rendre à l’évidence.
    Pour l’ascenseur, je compatis. Ça me rend dingue les voisins qui prennent l’ascenseur pour descendre du premier au RDC (OK, je ne suis qu’au troisième, mais ma voiture est au -1 😋)
    J’ai lu dans les commentaires que le soleil était enfin là… alors profite bien, bises !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s